Soft Noir Femme Noir Voici 283073 5 en Chaussures Sneakers Cuir Lacets Ecco Zip x05YwOqq

Femme Baskets 318 Chaumont Lacoste SPW 2 Awvxq8
Chaussures en Lacets Soft 283073 Noir 5 Ecco Noir Voici Sneakers Femme Zip Cuir

Par Vans Sneakers Basses MTE Adulte Mixte Era U qrgZq

La page couverture de Et nous ne parlerons plus d’hier est attirante et évocatrice : une jeune fille porte sa valise, contenant peut-être son bagage émotif, dans une contrée déserte. La narratrice, et personnage principal, cherche à recréer son enfance durant ses trois « années d’errance » (p.34), alors que sa mère, son père, son frère Day et elle-même parcouraient l’Amérique à bord d’un Winnabago.

Dans sa quête de souvenirs, elle passe deux mois à La Peñita au Mexique, près d’un camping en bord de mer où sa famille a séjourné. Elle loge dans la Villa de los Angelitos, la villa des enfants morts avant d’avoir atteint la puberté, à l’image du cœur de notre héroïne. Lui reviennent peu à peu « [son] obéissance, [sa]Voici Soft Sneakers Lacets 283073 Cuir en Zip Femme Noir Chaussures 5 Noir Ecco soumission consentie » (p.80) devant la méchanceté des autres enfants, son évasion dans la lecture, les manipulations psychologiques de son père, le silence de sa mère. Les cauchemars, la méfiance envers les hommes et une fatigue constante et inexplicable sont récurrents.

Je me méfiais des hommes, de toi en premier lieu : tes yeux étaient fuyants, opaques, me semblait-il, ton sourire narquois, surtout quand il s’adressait à maman ou à moi. (p. 132)

Mais, à partir de lettres et de diapositives, c’est plutôt de l’histoire de son père dont elle se souvient : né dans le Québec rural et pauvre des années 1950, issu d’un père violent et d’une mère froide et effacée, Ryan se sauve de chez lui, change de nom et « aspire à [se] glisser […] dans la peau d’un autre » (p. 128). Il rêve d’être « séduisant et riche » (p. 25). Au printemps 1967, il part sur le pouce à travers l’Amérique du Nord. Son voyage le mène de la Beauce à l’Alberta, puis en Floride. Économe à la limite de l’avarice, solitaire, menteur et profiteur, ce caméléon réinvente son passé au rythme de ses besoins.

Menés alternativement, les deux récits se lisent facilement séparément sans entraver la compréhension. Le style illustre bien le flottement et les images estompées dans la mémoire de la jeune femme.

Une pérégrination en Amérique du Nord accompagnée de July Giguère est certes envoutante, mais pas palpitante. Le plaisir d’arrêter la lecture pour profiter d’un passage particulièrement poétique, pour réfléchir à la psychologie des personnages ou pour savourer le rendu de l’émotion fait toute la richesse du roman.

[…] la vérité est fuyante et incertaine : pas moins bancale ou mensongère que les mots. Il me faudra pourtant choisir un paysage, une heure, creuser le sable, inventer ce qui fut effacé ou qui n’a pas eu lieu, pour dire à quoi ressemble cette vie et ceux qui l’ont vécue, montrer qu’ils étaient seuls, le sont restés, poser sur eux mes paumes aveugles, goûter la tristesse de leur peau, lointaine et dépourvue de sens, impossible à pleurer. (p. 21)